Go to Top
Objectif : de voir enchâssé dans une loi provinciale le statut bilingue actuel de la Ville d'Ottawa, la Capitale du pays, à temps pour 2017.

Notre VISION d’Ottawa – la capitale du Canada officiellement bilingue

La Loi de 1999 sur la Ville d’Ottawa, qui définit la nature même d’Ottawa, la Capitale du pays, devrait être amendée afin d’y enchâsser son statut bilingue et l’égalité de ses deux langues officielles.

La Ville s’est dotée d’une politique fonctionnelle sur les services en français. Bien des gens parlent l’anglais et le français. Ensemble, anglophones et francophones on développé ce pays pendant près de 150 ans.

88 % des Canadiens appuient le bilinguisme pour la province et 87 % désirent que leur Capitale soit reconnue officiellement  bilingue. Selon le recensement, chaque quartier d’Ottawa compte au moins 23 % de personnes bilingues. Nous avons 183 ambassades et des milliers d’associations nationales.

Mais le verre n’est qu’à moitié plein. Nous n’avons même pas commencé à récolter les avantages que pourrait offrir une capitale nationale vraiment bilingue et un centre international d’affaires, de culture et de tourisme.

Les gens sont trop concentrés sur les coûts du bilinguisme officiel et pas assez sur ses avantages. Notre réputation de ville bilingue attirerait des entreprises et des événements d’envergure internationale. Reconnue comme une ville accueillante, diversifiée et ouverte sur le monde, Ottawa attirerait le commerce et le tourisme planétaires.

Le bilinguisme officiel motiverait citoyens, entreprises, associations, congrès et restaurants à emboîter le pas. Les gouvernements fédéral et provincial contribueraient sans doute aux frais additionnels éventuels.

Le bilinguisme officiel comprend le développement d’une culture de bilinguisme pour garantir le bilinguisme dans les réunions et les événements, dans les publications et les communications, dans les services et les activités et dans les pratiques d’embauche. Il créerait des attitudes saines et positives.

C’est avec fierté que nous reconnaîtrions que notre capitale reflèterait enfin le bilinguisme officiel du Canada et représenterait tous les citoyens et citoyennes dans les deux langues officielles du pays.

Le leadership doit venir d’en haut. Le conseil municipal et le maire doivent montrer l’exemple. Ce sont eux qui doivent s’associer aux avantages du bilinguisme officiel.

Ils doivent inciter le gouvernement de l’Ontario à amender la Loi de 1999 sur la ville d’Ottawa afin de rendre Ottawa officiellement bilingue, l’anglais et le français ayant un statut, des droits et des privilèges égaux, ce qui établirait un mécanisme officiel de supervision proactive et d’observation de la politique et de la loi.

Le maire et le conseil n’agiront pas seuls – loin s’en faut. Tous les citoyens et citoyennes, déjà mobilisés en faveur du bilinguisme officiel, seront à l’œuvre pour convaincre encore plus de gens.

Cela exige très peu de changements. Ottawa a une politique de bilinguisme depuis 2001. Le personnel de la ville dispense de nombreux services dans les deux langues. À l’heure actuelle, les coûts représentent 0,01 % du budget total de la ville, montant insignifiant sur un budget de trois milliards de dollars.

Des services bilingues ne seront pas requis dans tous les cas. Comme avec la politique actuelle, aucun employé ne perdra son poste à cause du bilinguisme officiel. Cependant, les politiques feront la promotion du bilinguisme et de la formation linguistique.

Une fois inscrit dans la législation ontarienne, le bilinguisme officiel assurera la pérennité d’une culture de dualité linguistique, favorisant ainsi une meilleure observation de la loi. Les citoyens et les citoyennes feront preuve de respect mutuel.